ARANSI

Faux conflit de générations
ou
Vrai bouleversement de société ?

Avril 2016 - numéro 1

ARANSI

Résolument Humoristique - Les RH avec une vision décalée

Partager sur Facebook
Partager sur LinkedIn

Combien de fois avons-nous pu entendre en entreprise, à quelque époque que ce soit, le désormais célèbre « pas facile à gérer, ces jeunes générations ! » ?

Combien d’articles et de reportages sur le délicat mariage des générations : « Baby-Boomers », X, Y, Z, α, … ?

Et si, finalement, nous décidions de prendre le sujet sous un autre angle, et si le conflit de générations n’existait pas, qu’il n’était que le reflet symptomatique du changement ?

Celui de notre société...

 

Christine COUTANT

Vidéo du mois - Les générations

 
 

 

Alors que nous échangeons avec un de nos clients, nous abordons l’une des valeurs phare qui guide nos interventions en entreprise : l’importance d’une vision et de la transmission de cette vision auprès de collaborateurs, qui donne tout son sens à leurs actions.
Hélas, notre interlocuteur, plutôt « Baby-Boomer », reste circonspect et nous rétorque un :

« Ah, oui, c’est vrai ! Les nouvelles générations ont besoin de « sens » pour réaliser leur travail ! ».

Néanmoins, nous percevons dans ses paroles un brin de sarcasme et peu de conviction (peut-être se sent-il aussi personnellement concerné par le sujet ?).

Toutefois, difficile de faire mentir sa remarque : la mode, dans la presse, est aux stéréotypes et à la génération Y, à ses spécificités (digital natives, éthiques, hyper-connectés, qui ont besoin de sens, etc…), bientôt talonnée par la génération Z, déjà dans les starting-blocks !

Et pourtant, si nous décidons de prendre un peu de hauteur, voici un tout autre constat, bien éloigné du seul conflit de générations :
Nous avons régulièrement à faire à des publics d’âges variés, toutes générations confondues, confrontés à UNE problématique majeure : l’absence de sens à leur travail !
Il ne s’agit pas d’une problématique isolée, mais bien d’un des facteurs principaux à l’origine de la volonté de nombre de collaborateurs de quitter l’entreprise, de se reconvertir ou de se mettre à leur compte avec, en guise de refrain : « autant travailler pour moi et décider moi-même du sens que je veux donner à mon travail et à ma vie », reflet d’un changement profond de notre société.

A l’heure où l’économie, la Capital Financier, vit des bouleversements sans précédents, les entreprises doivent s’adapter sans cesse ou mourir, entraînant dans leur sillage un flot de salariés aussi noyés qu’elles.
Au passage, elles donnent souvent l’impression à leurs salariés d’une vision à très court terme, fluctuante, voire d’une absence de vision.
Conséquence : pas de boussole au sein de l’entreprise et, en ligne de mire, la perte d’un outil de motivation et de pérennité majeur, comme nous avons pu le constater il y a encore quelques années (souvenez-vous… les Trente Glorieuses… du temps des « Baby-Boomers » et de quelques X chanceux… comme par hasard !).
En effet, les Hommes, Capital Humain de l’entreprise, soumis aux fortes contraintes, se sur-adaptent et se démotivent ou quittent la structure. Les jeunes collaborateurs (génération Z notamment), récemment arrivés sur le marché du travail, ont juste une longueur d’avance sur les plus âgés dans la prise en compte de cette réalité !

Notre discours prend alors tout son sens : Capital Financier et Capital Humain sont intimement liés et les Hommes, porteurs de sens, deviennent indissociables de la réussite des entreprises, au-delà de toute clivage générationnel.

Parce que ce sont les Hommes qui font la richesse de l’entreprise, améliorez votre résultat en valorisant VOTRE Capital Humain avec ARANSI, c’est notre métier !

 
 
 
 

Copyright © ARANSI